Sarah Breton, une créatrice au naturel

Comment es-tu devenue créatrice ? Quel est ton parcours ?

Après avoir suivi un parcours scolaire dans la métallurgie, j’ai essayé divers métiers manuels. Vers 20 ans un échange avec un menuisier m’a fait découvrir le bois et j’ai su que c’était autour de cette matière que je créerai mon métier. J’ai commencé à créer du mobilier par passion il y a 5 ans et j’ai suivi une formation professionnelle afin d’acquérir les techniques et connaissances de base du bois. Depuis, je me suis lancée à mon compte il y a maintenant un an, avec l’envie de vivre d’un savoir-faire en accord avec mes valeurs.

Sarah Montagn art

Comment te définis-tu en tant qu’artiste ? Parle-nous de ton univers

Je n’ai pas « d’univers » à proprement parler. J’essaie simplement de faire prendre vie aux choses que je vois à travers les bois que je trouve et les matériaux que je récupère. Avec les temps et les nombreux concepts que j’ai pu créer, j’ai trouvé petit à petit ma « patte ».

J’aime imaginer mes créations dans un environnement végétal. Ma recherche est de produire des objets propres et fonctionnels tout en gardant leurs traces de vie, leurs courbes, leurs usures et diverses imperfections qu’ils possèdent.

Je n’aime pas le mobilier carré sans imperfections : j’aime les formes naturelles. Un mix de géométrie et de courbes naturelles me semble être un bon compromis.

Tu peux nous en dire davantage sur tes matières de prédilection et tes techniques de travail ?  

Mes matières sont le bois comme axe principal puis viennent autour : la pierre, le métal et le tissu. Je travaille le plus souvent l’assemblage du bois par tourillon. Pour le reste, je n’ai pas de techniques spécifiques, elles changent selon les formes et les projets que je réalise. 

De l’idée à la réalisation, tu nous expliques ton processus de création ? 

Généralement je commence par regarder les matériaux dont je dispose, puis j’imagine un objet, ensuite je crée un plan sur papier, et réfléchis aux possibilités techniques et esthétiques. Ensuite je prépare mes matériaux, je ponce, nettoie et frotte. C’est une étape qui peut être très longue. Bien souvent des contraintes dues aux longueurs ou épaisseurs du bois viennent bousculer le projet et me force à m’adapter.

Quelles sont tes principales sources d’inspiration ? 

Ma dyslexie me crée de forts troubles de l’attention. Je passe beaucoup de temps dans ma tête et avec un peu d’efforts cela me permet d’imaginer plein de possibilités. Je m’inspire, je pense, tout simplement des choses qui nous entourent et aux matières dont je dispose. Les idées viennent sans que je ne cherche à les contrôler, même si bien évidemment, réussir à les faire exister est une autre affaire !!

C’est un challenge intéressant car pour passer de la conception à la réalisation, cela demande beaucoup de concentration et je suis heureuse aujourd’hui d’avoir trouvé un compromis pour faire de cette « gêne » un atout pour mon travail.

Parle-nous de tes projets à venir

J’aimerais vraiment réussir à travailler en collaboration avec d’autres artisans et artistes car le lien social et l’échange de savoir-faire est fondamental comme expérience pour évoluer et grandir.

Qu’est-ce qui fait la particularité de tes créations ?

J’essaie de tout créer avec des méthodes qui ne forment qu’un minimum de pollution, le plus souvent aucune.

Quel objet insolite pourrait-on trouver dans ton atelier ? 

Mon établi actuel est une table de cuisine. C’est aussi mon prochain investissement : équiper mon atelier doucement après avoir pris le temps de bien comprendre mes besoins.

Petit défi : 3 mots pour décrire ou définir vos créations 

  • Respectueux
  • Beaux
  • Fonctionnels

One Reply to “Sarah Breton, une créatrice au naturel”

  1. Merci pour cette jolie découverte!

Laisser un commentaire